Radiologie, IRM, Scanner du Tonkin Lyon Villeurbanne

Le centre de Radiologie du Tonkin se trouve dans l'enceinte de la Clinique du Tonkin au confluent de Lyon et de Villeurbanne. C'est une équipe de docteurs spécialisée dans les scanners, la radiologie & l'IRM, d'un grand professionnalisme qui vous accueilleront dans un espace dédié.
26 rue du Tonkin 69100 Villeurbanne, Rhone-Alpes
Phone: 04-78-89-10-27 Hours: Mon-Sun 00am - 12:00pm
 

 

Logo Radiologie Lyon Villeurbanne Tonkin

^

nous trouver

les examens

conseil

l'équipe

historique

partenaires

Pro

Se rendre au centre de radiologie et scanner du Tonkin Lyon Villeurbanne

 

Centre de radiologie du Tonkin Villeurbanne et Scanner du Tonkin Villeurbanne

Tél. 04 78 89 10 27

 

IRM du Tonkin

Tél. 04 72 82 35 20

 

Adresse :

26 rue du Tonkin

69 100 Villeurbanne

 

Horaires d’ouverture : 8h00 à 18h00 du lundi au vendredi.

Assure les urgences de la clinique du Tonkin 24h /24

Activité : Radiologie générale, échographie, doppler, mammographie, densitométrie osseuse.


 

 

 

Centre Ostéoarticulaire et Orthopédique CONDORCET Villeurbanne

17 Avenue Condorcet

69 100 Villeurbanne

Tél. 04 37 47 84 20

 

Horaires d’ouverture :

8h00 à 18h00 du lundi au vendredi.

Assure les urgences de la clinique du Tonkin 24h /24

Activité : Radiologie générale, échographie, doppler, mammographie, densitométrie osseuse.


Les examens pratiqués

Image de coupe scanner ou IRM du service de radiologie Tonkin Lyon Villeurbanne
  • LES RADIOGRAPHIES

    Comment ça marche ?

    La radiographie est obtenue par atténuation d’un faisceau de rayons X qui traverse une partie du corps. Cette atténuation dépend de l’épaisseur de tissus traversés et également de la composition du tissu. Le faisceau impressionne un film radiographique comme un rayon lumineux impressionne une pellicule photo. Le rayon est plus ou moins stoppé dans sa progression en fonction de la densité de la structure traversée, ainsi l’os apparaitra blanc et l’air dans les poumons, noir.

     

    Est-ce dangereux ?

    Les rayons X existent dans la nature : l’organisme est exposé au rayonnement cosmique (plus important lors d’un voyage en avion que sur la terre ferme) et aux émanations de certains minéraux (granit…). Le rayonnement naturel est heureusement sans conséquence sur la santé. La quantité de rayons délivrée aux cours d’un examen radiologique standard est elle aussi négligeable. Par exemple une radio des poumons délivre 100 fois moins de rayons que l’irradiation naturelle annuelle. Dans tous les cas la dose de rayons est maintenue au niveau le plus bas qu’il soit raisonnablement possible d’atteindre.

     

    Y a-t-il des précautions et éventuelles contre indications ?

    Il faut signaler une grossesse en cours ou un éventuel retard de règle, le manipulateur prendra les précautions nécessaires. Idéalement l’examen radiologique non urgent, chez la femme en âge de procréer avec un désir de grossesse, sera programmé lors des règles ou la semaines suivante.

  • LA MAMMOGRAPHIE

    Le cancer du sein est le cancer le plus fréquent chez la femme (38% des cancers féminins en 2000). Près de 10% des femmes développeront un cancer du sein dans leur vie. Heureusement, aujourd’hui, plus de 70% des femmes guérissent d’un cancer du sein. Il faut savoir que le pronostique et donc la chance de guérir sont conditionnés par la précocité et la précision du diagnostique.

     

    La mammographie :

    C'est l’examen de référence, elle est utilisée en cas d’anomalie clinique (douleurs, boule dans le sein, écoulement,…) ou dans le cadre du dépistage systématique. L’échographie est d’une aide précieuse soit pour préciser une anomalie ou plus systématiquement lorsque les seins sont denses, donc difficiles à « lire ». Chez l’adolescente et la femme très jeune, l’échographie peut être parfois réalisée en première intention.

     

    Le dépistage :

    Il permet de détecter une anomalie plus petite avant même de pouvoir la palper et donc le plus précocement possible. Le dépistage est organisé par le département dans le cadre d’ADEMAS. Il s’effectue dans un centre agrée sans avance de frais. Les mammographies sont étudiées une première fois immédiatement après l’examen, puis ultérieurement, par un autre médecin radiologue.

     

    Est-ce dangereux ?

    Cet examen utilise les rayons X. Le risque induit par les rayons est négligeable à titre individuel. Dans tous les cas le bénéfice de découvrir un cancer précocement (donc de pouvoir guérir de ce cancer) est supérieur au risque encouru par l’exposition au rayons X.

     

    Important :

    Comme pour tous les examens il est impératif d’apporter systématiquement les anciens examens pour comparaison.

     

  • L’ÉCHOGRAPHIE/DOPPLER

    Comment ça marche ?

    Une image échographique est obtenue grâce aux ultrasons délivrés par une sonde que l’on applique directement sur la partie du corps à étudier. L’onde ultrasonore se propage dans le corps humain et « rebondit » en partie lorsqu’elle change de milieu. Le signal est recueilli par la même sonde et est transformé en image. Le doppler permet d’étudier la circulation sanguine. Il utilise le même principe que le radar, mais ici la route est remplacée par les vaisseaux et les voitures par les globules rouges.

     

    Est-ce dangereux ?

    Absolument pas. Les ultrasons sont inoffensifs et l’échographie peut être utilisée aussi souvent

    que nécessaire.

  • LE SCANNER

    Comment ça marche ?

    Le scanner est un tube à rayon X qui tourne autour de la région du corps à explorer. Des détecteurs recueillent les faisceaux de rayons différemment atténués en fonction de l’épaisseur et de la qualité des tissus traversés. Les données sont analysées par un calculateur puissant qui permet de reconstituer une image, véritable « tranche » du corps humain. Les tranches peuvent êtres empilées et donner ainsi une image en 3D. Du produit de contraste à base d’iode peut éventuellement être injecté par voie veineuse pour améliorer la qualité diagnostique de l’examen.

     

    Est-ce dangereux ?

    Comme les radiographies le scanner délivre des rayons X. La dose est plus importante dans

    le cadre d’un scanner mais reste dans des limites acceptables. Par exemple la dose délivrée lors

    d’un scanner cérébral est équivalent à un an d’irradiation naturelle (confère radiographies),

    soit 4 allez/retour Paris/New York en avion !

     

    Y a-t-il des précautions et éventuelles contre indications ?

    Mêmes précautions que pour les radiographies. Si une injection de produit de contraste est prévue il faut signaler tout antécédent allergique ou asthmatique ; une pré-médication anti-allergique sera donnée

    trois jours avant l’examen.

  • L’IRM

    Comment ça marche ?

    L’Imagerie par Résonnance Magnétique produit un champ magnétique très puissant qui utilise l’aimantation des atomes du corps humain (comme une boussole) et notamment des atomes d’hydrogène (composante des molécules d’eau dont nous sommes en grande partie constitué). Les atomes sont « excités » par des ondes électromagnétique puis se « relaxent » en émettant de l’énergie.

    Ce sont ces signaux énergétiques qui sont recueillis puis analysés par un calculateur pour produire l’image. Comme pour le scanner on peut recourir à une injection de produit de contraste par voie veineuse au besoin.

     

    Est-ce dangereux ?

    Cet examen est d’une totale innocuité. Le seul désagrément est la durée de l’examen, près de

    15 minutes, ou l’on doit rester parfaitement immobile dans un espace clos.

     

    Précautions et éventuelles contre indications

    Le port d’un pace-maker ou de certaines valves cardiaques (le plus souvent posées avant 1995) contre-indique l’examen. Il en est de même pour certaines prothèses auditives et clips intra-cérébraux. L’éventualité de corps étranger métallique intra-orbitaire (soudure, fraisage…) fera réaliser par précaution une radio des orbites. Enfin, les personnes sujettes à la claustrophobie peuvent bénéficier d’une pré-médication.

  • L’OSTÉODENSITOMÉTRIE

    Comment ça marche ?

     

    Cet examen utilise les rayons X.

    Il mesure l’atténuation du faisceau de rayon par l’os et permet d’apprécier la densité osseuse et donc par exemple de diagnostiquer et de quantifier une ostéoporose.

    Une radio des orbites. Enfin, les personnes sujettes à la claustrophobie peuvent bénéficier d’une pré-médication.

  • LES EXAMENS SPECIALISES

    Les ponctions biopsies :

    Ce geste consiste à prélever des cellules d’un organe ( sein, thyroïde, foie…) grâce à une aiguille sous contrôle de l’échographie ou du scanner. Les cellules sont envoyées à un laboratoire pour être analysées.

    Important : Le risque de complication hémorragique d’un tel geste réalisé chez un patient sous anticoagulant de type AVK (SINTROM®, MINISINTROM®, COUMADINE®, PREVISCAN®) est faible, néanmoins il conviendra de réaliser un relais temporaire par un autre médicament 10 jours avant l’examen. Ce relais pourra être prescrit par le médecin traitant.

     

    Les infiltrations :

    Il s’agit d’injecter un produit, le plus souvent un anti-inflammatoire de type corticoidien au plus près de la zone à traiter (articulation, hernie discale…) sous le contrôle de la radiographie, de l’échographie ou du scanner.

    Important : Le risque de complication hémorragique d’un tel geste réalisé chez un patient sous anticoagulant de type AVK (SINTROM®, MINISINTROM®, COUMADINE®, PREVISCAN®,PLAVIX®) est faible, néanmoins il conviendra de réaliser un relais temporaire par un autre médicament 10 jours avant l’examen. Ce relais pourra être prescrit par le médecin traitant.

    Important : Si cet examen est réalisé sous radio ou scanner il nécessite un produit de contraste iodé, il faudra donc signaler tout antécédent d’allergie afin de bénéficier d’une pré-médication anti-allergique.

     

    Les arthrographies et arthroscanners

    Ces examens consistent en l’injection de produit de contraste iodé au sein d’une articulation afin d’étudier des structures (cartilage, ligament…) non visualisées par d’autres techniques.

    Important : Le risque de complication hémorragique d’un tel geste réalisé chez un patient sous anticoagulant de type AVK (SINTROM®, MINISINTROM®, COUMADINE®, PREVISCAN®, PLAVIX®) est faible, néanmoins il conviendra de réaliser un relais temporaire par un autre médicament 10 jours avant l’examen. Ce relais pourra être prescrit par le médecin traitant. Cet examen nécessite un produit de contraste iodé, il faudra donc signaler tout antécédent d’allergie afin de bénéficier d’une pré-médication anti allergique.

Conseil

 

CONSEILS POUR FACILITER VOTRE VISITE PENSEZ À VOUS MUNIR DE :

 

La lettre de votre médecin et vos ordonnances, votre carte vitale et document de couverture maladie.

Vos anciennes radios qui permettront une comparaison.

Conseils : en prenant soin d’apporter ces éléments lors de votre visite vous éviterez de perdre du temps le jour même.

Cela permettra aussi un traitement plus rapide de votre dossier. Votre médecin présente les titres  d’ancien chef de clinique ou d’ancien assistant des hôpitaux lui permettant d’accéder au contrat « d’accès aux soins » (avenant 8 à la convention nationale).

En cas de dépassements d’honoraires, vous serez remboursés sur le tarif du secteur 1 opposable.

Les patients disposant de l’attestation de l’ACS, de l’AME et de la CMU bénéficient de tarif sans complément.

Dr Reza Etessami, Dr Didier Fournet, Dr Xavier Lebas, Dr Bertrand Peltier, Dr frédéric Streichenberger, Dr Rafaele Vautrin.

 

Carte Vitale

L'équipe de Radiologue

 

 

Docteur Rafaele VAUTRIN

 

Imagerie du sein, gynecologie, obstétrique et Radiologie générale, ostéodensitométrie osseuse

Docteur Rafaele VAUTRIN
Docteur Laure ZROUNBA

 

 

Docteur Laure ZROUNBA

 

Imagerie du sein, gynécologie et Radiologie générale, ORL, ostéodensitométrie osseuse

Docteur Bertrand PELTIER

 

 

Docteur Bertrand PELTIER

 

Radiologie diagnostique et interventionnelle

Ostéo-Articulaire, Neuroradiologie, ORL, Sénologie et Radiologie générale

 

 

Docteur Michel HUGUET

 

Radiologie diagnostique et interventionnelle

Ostéo-Articulaire, Neuroradiologie, Sénologie et radiologie générale

Docteur Michel HUGUET

 

 

Docteur Reza ETESSAMI

 

Radiologie diagnostique et interventionnelle Digestive, Thoracique, Sénologie et radiologie générale

Docteur Reza ETESSAMI
Docteur Vincent NEYRA

 

 

Docteur Vincent NEYRA

 

Radiologie diagnostique et interventionnelle Urinaire, Thoracique, Sénologie et Radiologie générale

Docteur Didier FOURNET

 

 

Docteur Didier FOURNET

 

Radiologie diagnostique et interventionnelle Digestive, Thoracique, Sénologie et Radiologie générale

 

 

Docteur Xavier LEBAS

 

Radiologie diagnostique et interventionnelle Digestive, Thoracique et radiologie générale

Docteur Xavier LEBAS

 

 

Docteur Frédéric STREICHENBERGER

 

Radiologie diagnostique et interventionnelle

Ostéo-Articulaire, Neuroradiologie et radiologie générale

Docteur Frédéric STREICHENBERGER

Historique

 

HISTORIQUE DU SERVICE DE RADIOLOGIE CLINIQUE DU TONKIN à Villeurbanne

 

Le service de radiologie du Tonkin a été créé à l’ouverture de la Clinique du Tonkin en Septembre 1974. La Clinique du Tonkin dispose de 269 lits avec un important plateau technique qui s’est enrichi aux cours des années, elle est en mesure d’assurer une large prise en charge médicalisée ainsi que tous les actes de diagnostique. L’historique est celle de l’association de deux médecins Radiologues a permis la mise en route du service de radiologie au sein de la clinique mais l’évolution des techniques et des besoins ont fait que le groupe a très vite pris de l’expansion et est actuellement composé de huit médecins radiologues spécialistes.

RADIOLOGIE CLINIQUE DU TONKIN

 

CENTRE ORTHOPÉDIQUE CONDORCET à Villeurbanne

 

Le centre a été créé en Janvier 2007, et permet la prise en charge des consultations orthopédiques des médecins du groupe.

Une salle de radiologie et d’échographie a été déportée de la clinique du Tonkin afin de faciliter les consultations post opératoire.

Le service de radiologie situé au rez-de-chaussée du centre orthopédique Condorcet assure également la prise en charge diagnostique des patients ayant des pathologies ostéo-articulaires

CENTRE ORTHOPÉDIQUE CONDORCET

Nos partenaires

CENTRE ORTHOPÉDIQUE CONDORCET

 

 

 

CENTRE ORTHOPÉDIQUE CONDORCET

IRM Lyon Villeurbanne Scanner de l’IMPL de la DOUA

 

NOS PARTENAIRES TECHNIQUES

 

GE : Equipement d’imagerie  /  SIEMENS : Equipement d’imagerie et échographie  /  SORALY : Equipement d’imagerie  /   STEPHANIX : Equipement d’imagerie  /

TOSHIBA : Equipement d’échographie  /  FUJI : Réseau d’Imagerie, Pacs  /  SYNAPSE ACTIBASE : Logiciel de gestion de cabinets de radiologie  /

ACCESS : responsable réseau informatique  /  APAVE : Organisme de contrôle  /  SECURITAS : Société de surveillance

Graphic-Art / SEO ® sRoussange.com              © Radioologie Tonkin 2013-2105